Article créé le 9 juin 2016, mis à jour le 22 avril 2020 suite à la mise en service d’un Raspberry Pi 3 avec Raspbian Buster.

Pour démarrer un Raspberry Pi neuf, il y a plusieurs opérations à réaliser. On trouve énormément de documents sur internet et je ne veux pas en ajouter un énième. Cet article vise simplement à établir une check-list pour me simplifier la vie.

Mettre l’OS Rasbian sur la carte SD

  1. Télécharger Raspbian (sur le site de la fondation Raspberry Pi). Si on n’a pas besoin d’interface graphique, on peut utiliser Buster lite, beaucoup moins volumineux.
  2. Suivre les instructions associées pour copier Raspbian sur une carte SD. Attention “Raspbian Buster with desktop and recommended software” fait 2.5 Go en tant qu’image puis prend 4 Go une fois décompressé. Il faut impérativement prévoir une carte SD d’au moins 8 Go.
  3. Si on veut connecter le Pi de manière “headless” (sans écran, clavier et souris), voir ci-dessous avant de déconnecter la carte SD du PC
  4. Si on veut que le Pi se connecte en wifi,voir ci-dessous avant de déconnecter la carte SD du PC.

Autres paramètres pour la carte SD

Autoriser la liaison SSH (headless)

On doit placer un fichier vide nommé ssh (sans extension) dans le répertoire boot de la carte SD. Pour plus d’explications voir cet article sur le site officiel du Raspberry Pi. On réalise cette opération par l’intermédiaire du lecteur de carte SD. Ensuite, lorsque le Pi démarre, il recherche ce fichier. S’il le trouve, il active le SSH puis détruit le fichier

Régler le wifi

Si on veut que le Pi se connecte en wifi, il faut lui donner les paramètres wifi. Sur cette page on voit comment faire.  En l’occurence j’ai placé le fichier wpa_supplicant.conf  dans le répertoire boot de la carte sd. Ce fichier contient les informations suivantes :

# wpa_supplicant.conf

# see https://github.com/binnes/tobyjnr/wiki/Raspberry-Pi-Initial-setup

# place this file named wpa_supplicant.conf in the /boot directory

ctrl_interface=DIR=/var/run/wpa_supplicant GROUP=netdev

update_config=1

country=FR

network={

ssid="mon-reseau1"

psk="password1"

id_str="home 1"

priority=1

}

network={

ssid="mon-reseau2"

psk="password2"

id_str="home 1"

priority=2

}

Encrypter le mot de passe wifi

En principe on ne devrait pas mettre les mots de passe en clair. Une bonne pratique est d’encrypter cette information par un “hash”. J’ai découvert comment faire dans cet article en anglais.

Sur un Pi (on peut le faire plus tard si on n’a pas de deuxième pi), en ligne de commande, on tape wpa_passphrase mon-reseau2 password2 et en retour on obtient l’information cryptée : network={ ssid="mon-reseau2" #psk="password2" psk=261066f1ec70322a9b305031fd2164401fbae41235107dc66eaad93ed991abcf }

Je n’ai plus qu’à placer ce mot de passe cryptée à la place de celui que j’avais initialement mis en clair.

Brancher le Pi

Equipement nécessaire :

  • un chargeur 5V et au moins 1A avec un cable micro-USB ;
  • un cable ethernet.

Et c’est tout ! Il n’y a pas besoin de connecter le Pi à un clavier et un écran car il autorise la connexion SSH si on a placé un fichier ssh comme indiqué ci-dessus.

Premier démarrage

Dans l’écran du routeur, on voit apparaître un nouvel appareil, nommé RASPBERRYPI. Pour moi il a l’adresse IP 192.168.1.14.

Dans l’invite de commande Windows, ping RASPBERRYPI ne fonctionne pas mais ping 192.168.1.14 donne une réponse.

Accès SSH avec Cygwin

J’utilise Cygwin pour l’accès ssh. C’est très bien mais d’autres préfèrent PuTTY, que je n’ai jamais essayé. Pour l’installer, voir cet article : Installer et utiliser Cygwin pour le ssh avec un Pi.

Pour installer Cygwin exécuter setup.exe en tant qu’administrateur (en cliquant à droite sur le programme puis en sélectionnant « exécuter en tant qu’administrateur » et suivre les instructions. Choisir les packages à installer proposés plus : Admin cygrunsrv Admin shutdown Net openSSH

Démarrer la session avec  ssh pi@192.168.1.14 (l’adresse est donnée en allant regarder quelle est l’adresse du dispositif “RASPBERRYPI”, dans le tableau de bord du routeur ou de la box.

Attention, depuis fin novembre 2016, les distributions Rasbian ont le ssh désactivé par défaut (voir cet article sur le site officiel du Raspberry Pi). Il faut avoir suivi les instruction n°3 du chapitre “Avant le démarrage ci-dessus.

Nota : si on s’est déjà connecté en SSH à la même adresse, on peut avoir une erreur “@    WARNING: REMOTE HOST IDENTIFICATION HAS CHANGED!”. Dans ce cas, ssh-keygen -R 192.168.1.14  va générer une nouvelle clé SSH et la commande ssh pi@192.168.1.14  va fonctionner correctement.

Le mot de passe pour l’utilisateur pi est raspberry.

Et voilà !

Premiers paramétrages

sudo raspi-config  nous amène à la configuration du Pi.

Au démarrage on est en anglais, on peut le changer si on préfère. Je ne le change pas.

On navigue avec les flèches de direction, on sélectionne avec la tabulation puis <ENTREE>.

Voici les changements à faire :

expand FileSystem (advanced options)Oui, pour utiliser toute la carte SD
Time zone (internationalisation)Europe / Paris
 Wait for network at boot Par défaut sur “non” dans Jessie ou stretch mais sur “oui” dans Jessie Lite ou stretch. Régler sur “NON”
Hostname (Network options)Mettre un nom unique (AlRadio)
Password:Modifier, ça ne doit plus être ‘raspberry’ pour l’utilisateur pi

Noter qu’en principe on ne modifie pas ces éléments :

configure keyboardInutile si pas de clavier
ssh (dans interfacing options)activer est déjà réalisé
Boot OptionB1 console (on n’accède pas en mode graphique) – on pourra toujours accéder à l’interface graphique avec la commande startx

Ensuite on tape init 6  pour redémarrer le Pi.

On peut vérifier l’espace libre sur la carte SD en tapant

df -h
Si on a utilisé une carte SD de 8 Go, on devrait voir que /dev/root fait environ 7 Go, avec environ 50% used, 50% available (disponible) si Raspbian Buster"normal", 12% si Buster "lite". 

Autres réglages préliminaires

créer un utilisateur

Pour créer un utilisateur ‘al’ :

sudo useradd -m -G adm,dialout,cdrom,audio,plugdev,users al

puis créer son mot de passe

sudo passwd al

Changer le mot de passe root

sudo passwd root

nous demande le nouveau mot de passe. On peut ensuite devenir root en tapant su –  puis le mot de passe correspondant.

Changer le mot de passe pi

Cet article, déjà cité, insiste sur l’importance du changement du mot de passe par défaut de l’utilisateur pi afin contrer les pirates qui utilisent l’internet des objets pour faire tomber des sites.

sudo passwd pi

nous demande le nouveau mot de passe, qui ne doit pas être ‘raspberry’ !

On peut aussi supprimer l’utilisateur pi, comme proposé dans “SECURING YOUR RASPBERRY PI“.

installer l’éditeur mc

Pour installer l’éditeur MidnightCommander, en tant que root (avec su –  , sinon sudo devant la commande) :

apt-get install mc

Ca prend plusieurs minutes.

Ensuite, pour le démarrer

mc

Dans mc, on peut utiliser la souris, cliquer sur options / Configuration  puis entre [ ]  devant “Use Internal Editor”. Comme ça on n’aura jamais besoin d’utiliser l’affreux éditeur nano fourni par défaut.

Si pour une raison ou une autre la souris ne fonctionne pas, on accède au menu avec F9 puis les flèches de direction.

Sortir de mc avec F10.

autoriser la connexion en tant que root (ssh ou ftp)

Editer, avec mc, le fichier /etc/ssh/sshd_config

Trouver la ligne sous # Authentication:  contenant PermitRootLogin without-password .

La changer en PermitRootLogin yes

permettre à windows de trouver le hostname

On a vu précédemment que ping ne fonctionnait pas avec le nom du Pi et c’est toujours le cas. On est obligé d’utiliser l’adresse IP du Pi, ce qui n’est pas pratique.

Pour y parvenir, il faut installer Samba sur le Pi et régler le “workgroup” au même groupe que celui de l’ordinateur windows utilisé.

Installer Samba avec cette commande (qui met longtemps à s’exécuter…) :

apt-get install samba samba-common-bin

Editer, avec mc, le fichier /etc/samba/smb.conf et changer la ligne workgroup = WORKGROUP  pour que WORKGROUP corresponde au bon nom.

Pour trouver le nom du workgroup utilisé par windows 10, aller dans paramètres puis système puis information système. Le nom du workgroup est indiqué en face de “organisation”.

Redémarrer avec init 6  ou reboot .

Changer le fichier .bashrc

C’est le fichier qui contient la configuration du “shell” de l’utilisateur. Il définit en particulier les couleurs employées pour différents éléments.

Le plus simple est de prendre un fichier .bashrc d’un autre Pi, par exemple en FTP. Ensuite, dans le nouveau Pi, renommer le fichier .bashrc en .bashrcOLD et copier le nouveau fichier .bashrc.

A faire pour tous les utilisateurs définis dans le Pi (/home/pi/.bashrc) et pour root aussi (/root/.bashrc).

J’ai en particulier défini la ligne PS1 comme suit :

PS1='${debian_chroot:+($debian_chroot)}\[\033[01;32m\]\u@\h\[\033[00m\] \[\033[01;34m\]\w \$\[\033[00m\] '

Redémarrer

init 6  ou reboot .

Notre Raspberry Pi est prêt.

Vérifier le paramétrage

est-ce que le pi est repérable par son nom ?

Depuis mon ordinateur Windows, je “ping” le pi dans l’invite de commande.

un ping du Pi par son “hostname” devrait renvoyer quelque chose

Si le ping ne renvoie rien, c’est probablement que le paramétrage de Samba n’a pas été fait correctement.

Vérifier le nom ‘hostname’ du pi et autres infos

La commande hostnamectl nous indique différentes informations comme le nom de l’appareil, sa version de Raspbian, etc

Faire une copie de la carte sd

A ce stade, si l’on veut éviter de devoir tout refaire pour un autre Pi, on peut faire une copie de la carte SD à l’aide de cet article. Attention si on fait ainsi la copie, on ne pourra restaurer la sauvegarde que sur une carte sd au moins égale à celle d’origine. Si besoin voir cet article en anglais, sur la manière de réduire (shrink) la taille d’une image disque.

Accéder au Pi en ftp

J’utilise Filezilla.

Hôte : hostname du pi

protocole “sftp-ssh file transfer protocol”

Type d’authentification : demander le mot de passe

identifiant pi ou autre utilisateur ou root

mot de passe : selon l’utilisateur désigné

Commandes utiles

Quelques commandes utiles

apt updategénère une liste de ce qui doit être mis à jour
apt full-upgrade -y fait la mise à jour des paquets
rpi-updateUpdate the Pi firmware. Si la réponse est “rpi-update: command not found”, lancer apt-get install rpi-update  avant.
apt-get cleanefface les paquets téléchargés pour la mise à jour

Pour redémarrer : reboot  ou init 6

Pour éteindre le Pi : init 0 ou halt -p . Il est préférable d’éviter de le débrancher sans l’avoir éteint avant.

Si nécessaire (affichage de The following packages were automatically installed and are no longer required), on peut exécuter apt autoremove  pour enlever tous les paquets qui ne sont plus utiles.

Pour mettre à jour le Pi avec des correctifs de sécurité :

sudo apt-get update
sudo apt-get dist-upgrade
sudo apt-get install -y pprompt

Et maintenant ?

On peut avoir d’autres éléments à installer ou régler :

Et maintenant, notre Pi est prêt pour une belle aventure !

0 0 vote
Article Rating
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x