Paramétrer un « pack d’hébergement » sur Plesk

Dans ce second article de la série , nous allons voir comment paramétrer un pack d’hébergement sur notre VPS Plesk. Je dois prochainement transférer un site actuellement sur « OVH perso » et je voudrais paramétrer un premier pack « CLEA perso » aux caractéristiques semblables.

Je précise immédiatement que cette partie est assez technique et n’intéressera que des personnes qui doivent paramétrer un hébergement Plesk pour la première fois. J’aurais bien aimé trouver un article comme celui-ci il y a 15 jours mais il ne m’intéressera sans doute pas beaucoup demain…

Créer un nouveau pack d’hébergement

Avant d’ajouter un client, il faut définir ce qu’il aura le droit d’utiliser et de faire sur son hébergement.

C’est défini au travers de deux types d’objets : les « packs de service » et les « add-on ».  Ces éléments définissent tous deux les ressources et permissions attribuées. Les packs de service sont les produits classiques. les add-on sont des ressources ou permissions que l’on va attribuer éventuellement en complément à un ou plusieurs utilisateurs disposant déjà d’un pack.

Pour créer un nouveau pack de service, on doit être en vue « fournisseur de service »  et aller dans le menu « packs de services ». Lorsqu’on démarre, il y a un seul pack, le « unlimited », affecté à l’administrateur Plesk (et son domaine associé.

On clique sur le bouton « add a plan ». Et là, c’est vite très effrayant !

Avant de faire des réglages, il faut lire soigneusement « Propriétés des packs d’hébergement, add-ons et abonnements » en choisissant les paramètres. On pourra également utiliser des sites d’hébergeurs et d’autres outils pour savoir quels sont les pratiques les plus courantes.

J’indique ci-dessous ce que j’ai fait comme réglages « CLEA perso », un hébergement proche de celui que propose OVH avec son offre « perso ».

Les réglages de l’onglet Ressources

Documentation Plesk : Ressources.

Pour définir ces réglages, je me suis inspirée de l’offre perso d’OVH et j’ai tenu compte de deux autres éléments :

  • Mon VPS Classic 1 ne dispose que de 50 Go en tout alors qu’OVH en propose 100 dès l’offre perso !
  • Mon VPS Classic 1 ne dispose que de 30 adresses mail en tout alors qu’OVH en propose 10 avec l’offre Perso.

Mais en allant regarder ce que chacun des propriétaires de sites que je gère utilisait réellement, je me suis rendue compte que les plus gros utilisateurs d’espace disque consommaient 6 à 7 Go d’espace disque et avaiet eu besoin d’un hébergement pro pour multiplier les sites. Ce sont des personnes qui écrivent au moins une fois par semaine, en ajoutant des images à chaque fois. Les propriétaires d’hébergements perso utilisaient tous moins de 1 Go.

Quant aux mails, une seule personne, en hébergement pro, avait créé plus d’une dizaine d’adresses mail. Mais elles ne les utilisaient pas puisqu’elles étaient toutes redirigées sur la même adresse.

Ressource réglage
Overuse policy allowed (notify me by mail)
Disk space 10 GB (notifier quand > 20%)
Traffic 100 GB/month (notifier quand > 20%)
Domains 10
Mobile Sites 0
Subdomains illimité
Domain aliases illimité
Mailboxes 2
Mailbox size 5 GB
Mailing lists 0
Additional FTP accounts illimité
Databases 1
Expiration date 1 year

J’ai réglé des alertes qui m’informeront quand certains niveaux seront atteints afin d’ajuster la stratégie si nécessaire.

Les réglages de l’onglet Droits et permissions

Documentation Plesk : Droits.

Ca commence déjà à devenir plus compliqué ici. Voici les réglages réalisés. Les explications suivent le tableau.

Gestion de l’accès au serveur via SSH non autorisé
Gestion de la zone DNS non
Gestion des paramètres d’hébergement non
Gestion des paramètres PHP communs non
Gestion de la version et du gestionnaire PHP oui
Configuration des options des scripts Web potentiellement dangereux ???
Gestion du FTP anonyme non
Gestion du planificateur oui
Gestion du filtre anti-spam oui
Gestion antivirus oui
Sauvegarde et restauration des données d’abonnements à l’aide du stockage du serveur non
Sauvegarde et restauration des données d’abonnements à l’aide d’un stockage FTP oui
Sauvegarde et restauration des données de comptes à l’aide du stockage du serveur non
Sauvegarde et restauration des données de comptes à l’aide d’un stockage FTP oui
Gestion des statistiques Web non
Gestion de la rotation des logs non
Accès au Catalogue d’applications oui
Accès à WordPress Toolkit oui
Gestion de la sécurité WordPress Toolkit non
Les paramètres suivants sont visibles en cliquant sur « plus de droits » à droite
Gestion des domaines oui
Gestion des sous-domaines oui
Gestion des alias de domaines oui
Gestion des comptes FTP supplémentaires oui
Gestion des applications Java oui
Modification des paramètres de la messagerie oui
Gestion des listes de diffusion non
Gestion des paramètres de performances de l’hébergement ????
Attribution d’un quota dur de disque non
Sélection du serveur de bases de données non
Accès à distance pour les utilisateurs de la base de données oui
Accès aux opérations avancées : copie du site Web oui
Gestion des répertoires protégés par un mot de passe oui
Gestion des comptes utilisateur auxiliaires oui

J’ai utilisé deux critères principaux :

  1. qu’est-ce qui conviendra à un utilisateur habitué à une offre OVH Perso ?
  2. qu’est ce qui est indiqué dans la documentation en ligne Plesk : le document « Droits » explique les différents éléments et indique si le choix peut empêcher la synchronisation ultérieure de l’abonnement.

Certaines permissions empêcheront en effet les synchronisations ultérieures. Ca signifie que si nous décidons de modifier un élément du pack de service, par exemple le quota d’utilisation du disque dur, nous ne pourrons pas appliquer la modification à l’ensemble des abonnés de ce pack. Il faudra aller valider chaque abonnement un par un. Si on doit vraiment donner la permission à un abonné, il vaut mieux le faire dans un add on.

Les réglages de droits a été fait selon les recommandations du document « Droits » de Plesk principalement. Pour les éléments suivants, j’ai décoché la permission car la cocher aurait provoqué l’impossibilité de synchroniser ultérieurement :

  • DNS zone management
  • Hosting settings management
  • Web statistics management
  • Log rotation management
  • Mailing lists management
  • Hard disk quota assignment

Il y a trois éléments que je ne peux pas régler, ils sont bloqués sur leur position :

  • Common PHP settings management
  • Setup of potentially insecure web scripting options that override provider’s policy
  • Hosting performance settings management

C’est probablement un paramétrage d’OVH qui ne me donne pas les droits de modifier ça.

Les réglages de l’onglet Paramètres d’hébergement

Documentation Plesk : Hébergement.

Statut des sites Web dans les abonnements suspendus Suspendu
Quota dur de disque Illimité
Prise en charge de SSL oui
Statistiques Web Webalizer
Documents d’erreurs personnalisés non
Accès SSH au shell du serveur sous l’utilisateur système de l’abonnement non
Prise en charge de CGI oui
Prise en charge de Perl non
Prise en charge de Python non
Prise en charge de FastCGI (requis pour Ruby on Rails) oui
Prise en charge d’Apache ASP non
Prise en charge de SSI non
Prise en charge de Miva non
Autoriser les utilisateurs Web à utiliser les scripts oui
Serveur de bases de données par défaut MySQL localhost:3306 v10.0.27
Serveur de bases de données par défaut PostgreSQL localhost:5432 v9.4.9

Je ne suis franchement pas très sûre des meilleurs réglages sur ce point.

Les réglages de l’onglet paramètres PHP

Documentation Plesk : Paramètres PHP.

Pour savoir quels réglages faire pour avoir deux packs équivalents à ceux d’OVH Perso, j’ai installé l’extension WP-ServerInfo sur un site avec hébergement Perso d’OVh. Ensuite, pour ne pas perdre de temps, on utilise CTRL F pour trouver la variable dans la très longue page qui est sortie par l’extension.

PHP support 5.6.19 OS vendor
run PHP as FPM app
memory_limit 512 M
max_execution_time 300
max_input_time 300
post_max_size 64 MB
upload_max_filesize 64 MB
opcache.enable on
safe_mode Off (default)
safe_mode_include_dir
safe_mode_exec_dir
include_path default
session.save_path default
mail.force_extra_parameters
register_globals Off (default)
open_basedir
error_reporting 22527
display_errors off
log_errors on
allow_url_fopen on
file_uploads on
short_open_tag on
magic_quotes_gpc Off (default)

Les cases en blanc ont été laissées vides, comme elles le sont lorsqu’on régle un nouveau pack.

Pour la variable max_input_time, OVH la règle à -1 (illimité) mais ce réglage n’est pas autorisé dans mon interface Plesk. Des recherches sur internet préconisent 300 s.

A ce stade on a fait le plus compliqué !

Les réglages de l’onglet mail

Documentation Plesk : Mail.

item réglage
Switch on the mail service oui
Webmail roundcube (1.2.1)
swith on mailing list non
Policy in mail for non-existent users reject

Les réglages de l’onglet DNS

Documentation Plesk : Zones DNS.

Domain DNS zone master

Dans la plupart des cas on réglera les sites sur « slave » puisque le compte OVH (ou un autre) du domaine au un « DNS secondaire » et pas le VPS Classic 1. Mais ce réglage peut être fait pour le site même si l’hébergement est défini avec le paramètre « master » pour la zone DNS.

Les réglages de l’onglet Performance

Documentation Plesk : Performance.

item réglage
Maximum bandwidth usage (KB/s) Unlimited
Connections limited to Unlimited

Il est probable qu’il faudrait les limiter, mais je considère qu’OVH le fait pour l’ensemble du VPS.

Les réglages de l’onglet logs & statistiques

Documentation Plesk : Performance.

item réglage
Conserver les statistiques du trafic et du Web pendant 12
Log rotation oui
Log rotation condition by size (10240 KB)
Maximum number of log files 10
Compress log files oui
email the logs to this address

Conserver les statistiques du trafic et du Web pendant : x doit être supérieur à la durée définie dans « tools and settings > server settings pour Retain web and traffic statistics… ». Et c’est OVH qui l’a défini. Ici on doit mettre au minimum 12 mois.

Les réglages de l’onglet applications

Documentation Plesk : Applications.

Fournir uniquement les programmes que je sélectionne Oui

Et j’ai sélectionné WordPress et Joomla. Je n’ai pas sélectionné d’autres applications proposées par OVH dans les offres Perso, telles que Magento ou Prestashop.

Si on veut plus d’informations sur les applications disponibles, il faut passer en vue « power user » (lorsqu’on est administrateur ça nous amène à notre site, qui est en « illimité » et là on a des descriptions des différentes applications disponibles.

créer un add-on

Les add on servent simplement à ajouter des droits. Par exemple j’ai créé un add-on « Clea BDD supp » avec seulement dans l’onglet ressources, +1 à base de données. Comme ça, le temps d’un transfert de site vers le VPS je disposais de deux bases de données pour une offre Perso.

Associer l’abonnement / add-on à un client

Documentation Plesk : Gestion des abonnements.

Dans le menu « abonnement », cocher le client auquel on veut ajouter un abonnement.

Si on clique sur « ajouter un abonnement », on définit le nouveau nom de domaine et les packs et add-ons auxquels a droit ce client.

Si on veut simplement modifier l’abonnement existant d’un client, on choisit « changer le pack », qui permet de modifier le pack de services et les add-ons.

Et maintenant ?

On a un client avec un abonnement. Il est temps d’aller lui installer son site. Ce sera l’objet du prochain article de cette série .

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de